26/10/2007

La vraie définition (onzième tentative)

Je m'étais juré d'arrêter là, après la précédente définition, 10 c'est un beau chiffre. J'avais mis en évidence "Offsrtogoff" passque la touche "switch off" est la touche que je préfère sur mon mac, sur toutes les machines d'ailleurs. La vraie vie commence quand s'éteignent les satanées machines. Mais je crois que je m'approche du but, on va bientôt savoir ce que c'est un "ostrogoth", et après on pourra tous aller se reposer ou au contraire faire la fête. Je crois que je suis moins "scientifique" que Géronimo. Franchement, il m'a bien aidé avec son enquête. Je crois que nous devrions tous nous mettre à chercher ce qu'est, AU FOND, un ostrogoth.


Oz-trogotte_p

Ostrogoth:

N.M. ou fém. ou les deux à la fois, signifie "précieux zigoto" qui oz, ou encore "moule à gaufre".

L'ostrogoth du 21e siècle écoute "bang Bang" sur Pure FM où il entend résonner le son transgénique des créatures "in".

Car l'ostrogoth est "in", particulièrement l'"oz-trogotte" qui est branché(e), a joué dans des tas de balais, dont "Aladin et les mille bé-jarres". L'oz-trogotte n'est pas une chochotte, il ou elle n'est pas de bois et plus d'un bachi-bouzouk s'est fait ratatiner dans son moule à gaufres. L'oz-trogotte a longtemps vécu dans le Harem de Moulinsart, gardé par l'eunuque Corwell. Mais il ou elle s'est enfui(e) puis envolé(e) sur un tapis violent. La pilosité de l'oz-trogotte est gênante pour ses ébats ou surtout quand il ou elle met ses bas. Haut si met-il (ou elle, je ne sais pas encore) un point d'honneur à se raser les gambettes.

Finalement, l'oz-trogotte a le sens de la fête, et on peut le dire un tempérament gay. Je ne sais pas si c'est le bonne définition mais au moins, malgré la confusion des genres, les gays aussi auront eu leur heure sur ce blog.

Ostrogothé à 09:15 par Benoi | 6 Olibrius !

Commentaires

Ben(...oi) moi ... j'espère que tu ne trouveras JAMAIS la vraie définition, là !

Tes « tentatives » sont de véritables petites icônes que l'on aime collectionner, comme les cartes de base-ball ... ;-)

Heureusement, ton OFF est remis ... aux calendes "ostroGrecques" ?

Écrit par : Ostrogoth | 26/10/2007

Répondre à ce commentaire

Vraies définitions Je profite de mon passage sur antenne pour signaler que vous pouvez retrouver TOUTES les « vraies définitions » de Benoi en cliquant sur son pseudo, soit :

- dans le titre de l'article, après "par"
- dans le menu déroulant "Par Ostrogoth(e)" dans la colonne de droite.

Il en va de même, bien entendu, pour tous les auteurs qui collaborent (bénévolement, je le souligne) à cet ostroblog...

Écrit par : Ostrogoth | 26/10/2007

Répondre à ce commentaire

j'ai perdu mon "off" Merci cher collègue. J'ai perdu le "off" de mon clavier et cela m'embête un peu. Je vais peut-être essayer avec un "alt-strogalt" mais je ne promets rien. ceci dit cet oz- trogotte ci-dessus est un peu alt-ernatif et confus. (je dis "confus" parce que nous ne sommes pas très éclairé sur l'identité sexuelle [bi? gay? trans?] du personnage. Ceci dit ce n'est pas grave, il est sorti d'un conte de fées.

Écrit par : Benoi | 26/10/2007

Répondre à ce commentaire

Et quel ... conte de fées !

Voir le site officiel (en anglais) de la Warner Bros :

Écrit par : Ostrogoth | 26/10/2007

Répondre à ce commentaire

A Benoi Les Ostrogoths de ce blog répondent-ils aux définitions ? Le travail est excellent ; une quelconque potion magique y est-elle pour quelque chose ?

En matière de confusion des genres, le dernier choeur des Ostrogots : les gays, a favorisé une coquille : "Je ne sais pas si c'est LE BONNE définition mais au moins, malgré la confusion des genres, les gays aussi auront eu leur heure sur ce blog." Auront-eu ! Ont-ils-été trucidés ? Je retourne au dico.

Écrit par : Ricochet | 27/10/2007

Répondre à ce commentaire

Coquilles... ... et sacrilège de mon côté puisque le dernier choeur a emporté le "h" de mon Ostrogot(h).

(Peut-être a ajouter dans une prochaine définitions : Certains Ostrogoths ne sont pas toujours clairs, etc. ou cultivent le mystère)

Écrit par : Ricochet | 27/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.