23/10/2007

Pink piggy

 Soyons prudent, faut toujours faire le contraire de ce que l’on croit que vous alliez faire :Clair ! Ressemblances, beuh non ! Coïncidences, oui, simples incidences.  En ce temps-là, Laurent ne connaissait pas encore Mathilde, Bruxelles avait encore des allures provinciales et déjà le censeur s’éveillait : Suite a une protestation de certains protagonistes, la description de cette partie de soirée a été retirée du Blog ce 24 aout 03. Merci de votre compréhension. C’était insupportable, j’ai flingué le webmestre, je suis allé m’inscrire dans un forum, les ukasemen des foras m’ont banni, je déteste le monde obscur des sans-gloire qui se cachent derrière des pseudonymes qui ne sont que trappes à mouches et tapettes à souris.Il y a même un glorieux qui s’appelait Gardeur, les vachettes il en connaissait un bout, ce concierge plutôt gaffe et puis une autre, très calme entre deux hystérovéro-colère se targuant de Shakespeare et de la Nostra. Masques de Vieilleries ! 

Un petit nom c’est charmant, Ginette qui devient Netteke, qui boit son pot au François Villon, c’est une dame respectable, un louffiat qui s’occulte derrière King l’Eburon, c’est suspect.

Les suspects, mon pote Colombo qui est de la vieille école m’avait dit : faut les chambrer, mais voilà, crise du logement ! J’ai rencontré Paul Kirsey, un architecte bronsonien qui m’a laissé entendre que c’était pas la peine de mettre des gants.

Le type ouvre son clapet, tu vois la puce Intel qui remplace sa luette, tu fais boum avec ton P38, tu as évacué le stress et les soucis, tu peux commencer à écrire à ton aise chez les Ostrogoths. Un type ou une gonze qui se dit vaguement webbiste en chef, c’est pas un honnête. Moi, les pas honnêtes, j’insupporte.  Alors, j’ai décidé de les repérer ! J’m’suis appelé amoureusement Diane de Poitiers ou encore Jo le Corse, quand cela n’a pas été Regarkitue ou Brade le Pitt et j’ai ramé du côté de Meetic park et d’avenue des qui en savent plus que les autres qui se créent des locaux bien à eux pour déblatérer dégoiser dégueuler sur le bon peuple qui ne demande qu’à passer par les blogs-notes pour s’amuser.    From « Pink piggy » to « Large cock » : T’es sûrement un gros vicieux toi ..........que je tape sur le MSN et le voilà qu’il bande déjà dans sa tête, Large cock, c’est le webchef du cercle des initiés de la grande butte. On peut s’y exprimer sauf que tu dois dire que le chef est le plus beau et que tu approuves ce qu’il dit. Vingt-cinq messages plus loin, il avoue habiter Bourg la Reine qu’est du côté de La Hulpe et le lendemain on a rendez-vous chez Nihoul, devant le comptoir des chocolateries à seize heures tapantes.  Foutre de grognasse, pas plus de mestre dans la salle que de vieux para-commando, je la sens tout de suite à l’odeur, Large cock est une gouine qui limace devant une vendeuse en blouse rose et bleue un peu décolletée. Sacrebleu, cette vieille peau est mon homme ! Moi, pas mesquin pour deux ronds, j’m dis que je vais faire sensation dans l’espace-temps.  — Mademoiselle, dis-je à une employée du pâtissier que je reconnais comme une ancienne de chez Wittamer... — Mademoiselle ?  — Monsieur. — Une religieuse au café s'il vous plaît, annoncé-je toutes canines dehors et carnassière en direction de Large cock qui reste bouche bée en entendant le password. Faut dire que sans password et option de bannissement, les conductrices et conducteurs de webbrols ne pourraient exister.  La vendeuse emballe prestement le gâteau, encaisse les deux euros et soixante-dix centimes et me tend la friandise sous cellophane.  Ici tout va se passer encore plus vite que quand j’ai dessoudé Mister K avenue Chazal.

Habile de la dextre je manipule pour ne pas dévaster la garniture de crème au beurre, comme le fameux cow-boy qui tire plus vite que son ombre, je saisis de la main gauche mon Sherlock et Watson 53 mm, redoutable. J’applique le canon tout contre le front de Large cock, dont les journaux du soir qui savent tout diront qu’elle s’appelle Madeleine Robinson, employée des postes à la gare du Midi, mariée mais séparée et, sans trembler, je passe mon doigt sous le pontet, je souris, je fléchis les phalanges, One shot. Rideau. Large cock cesse illico toute activité sur toile.

Ça gicle jusque dans la vitrine, je pense en aparté que les proprios de la boutique vont avoir des pépins avec l’inspection sanitaire qui, comme on le sait, est fort active en pâtisseries, charcuteries et friteries. J’ai pourtant fait attention de ne pas trop encrasser, seuls quelques Paris-Brest et une série de chaussons aux pommes sont maculés de groseille.  Je salue les deux vendeuses qui écarquillent les yeux et serrent les fesses et je sors en dégustant la religieuse au milieu de l'hébétude s’installant.  .../... à suivre  

Ostrogothé à 05:15 par Xian | 4 Olibrius !

Commentaires

Haletant ! Du pur xian, comme je l'aime : vivement la suite ... 8~0

Écrit par : Ostrogoth | 23/10/2007

Répondre à ce commentaire

Oué mais Les gâteaux, c'est quand même duu gaspillage.

Écrit par : vette secrétaire du Ketje | 23/10/2007

Répondre à ce commentaire

Dites moi Xian C’est pas joli joli tout ça, mon lascar.
Croquer une religieuse dans le Paris- Brest ; de quoi inciter notre fidèle lecteur Hannibal d’en faire autant.
Il reste pas quelques morceaux ? J’adooore les sushis !
Revenons en à nos moutons, cela m’a tout l’air du discours d’un « Serial Killer » !
Allez hop, au poste mon petit gars ! Et m’oblige pas à dégainer mon Playtex et calsson ! (C’est ma femme qui va être contente) ;-)
Derrick, vérifiez les pattes à Xian, examiner l’ADN du cheveu sur sa langue et rasez lui la boule en suivant la méthode expliquée dans le Marabout de Benoi!
Bon, c’est pas tout ça, faut que j’me tape une religieuse !

Écrit par : Detective Geronimo | 23/10/2007

Répondre à ce commentaire

D'après RTL, le vrai tueur se serait échappé ...

Écrit par : vette secrétaire du Ketje | 24/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.