19/10/2007

La vraie définition (huitième tentative)

os-trop-gode_p


Maintenant que dans son langage fleuri, Géronimo aborde enfin le vif du sujet, il est temps de dévoiler la huitième définition:



Ostrogoth:

n.m.: Boute-en-train des cavernes qui a paraît-il empêché l'extinction de l'espèce humaine à l'âge du feu, et ce malgré les grandes glaciations.

"L'os trop gode", de son vrai nom, est un objet ni contondant ni contondu qui ne s'achète pas au "Moulin rose". Il se taillait avec un biface et se façonnait au polissoir pendant de longues heures, à la maison et sans façon. Il serait même l'ancêtre du gsm, qu'on a parfois du mal à débrancher. La vénus de Willendorf elle-même avouait dans ses mémoires (dans son blog de pierre) avoir un tantinet usé de l'os trop gode. Même Lucy s'en était fait tailler un dans une défense de mamoumouth.

L'os trop gode a entretenu la flamme au foyer pendant les longues heures de chasse, et il trônait sans vergogne dans la salle de bains à côté du verre Adam. On lui doit peut-être la pérennité de l'espèce humaine, quoiqu'on peut se demander si c'est une bonne chose pour la planète.

En tout cas, c'est enfin une définition qui rend sa place sur ce blog à la gent féminine.

Ostrogothé à 01:09 par Benoi | 4 Olibrius !

Commentaires

Avis Nique Rosewell et les Éditions "Moulinrose" viennent de protester violemment par recommandé contre la publication du mode de fabrication de l'os trop gode (mode de fabrication qui était tenu secret depuis longtemps) et me demandent de rappeler qu'ils sont les seuls à pouvoir produire cet ustensile à la chaîne. Ou à manivelle. Enfin, consultez leur catalogue dans toutes les bonnes librairies.

Écrit par : Benoi | 19/10/2007

Répondre à ce commentaire

Ouïe ouïe ... Déjà que je suis sur la corde raide question « copiraïte » ... :-/

Écrit par : Ostrogoth | 19/10/2007

Répondre à ce commentaire

Mais bien sur! Tout s'explique et se complète!
Au vu des déboires de notre Ostrogothus, l'on pus "naturellement" se poser la question de ce qui pouvait fidéliser les couples d'Os trop gothiques.
Et notre anthropologue Benoi nous apporte la réponse.
Mais de source sure, je peux vous confirmer qu'avant de trôner dans la salle de bain, dans le passé, l'os trop gode, vu sa taille démesurée, était suspendu au milieu de la cheminée comme symbole de pérennité de la fidélité des couples d'Ostrogoths.
Ce n’est que plus récemment que sa taille fut réduite et du coup son nom aussi, c’est devenu l’os gode, monopolisé par la firme « Michet ».
Toutefois, un peu dénaturé par rapport à son usage primaire, une seconde firme s’est lancée sur le marché, la firme « Michou ».

Mais tout cela ne répond toujours pas à ma question :
Que vient faire notre faux chauve roux dans cette affaire ?
Vu les tenants de cette affaire, le cheveu sur la langue et le poil dans la main, tout laisse à penser qu’il aurait pu manipuler un os trop gode, mais lequel ? Et dans quel but ?

Écrit par : Détective Geronimo | 19/10/2007

Répondre à ce commentaire

Excellent ! Quel talent :-)

Écrit par : Julie | 19/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.