18/10/2007

L'ostroghot Docteur es Botanicus

J’avoue tout d’abord être un lecteur assidu du petit « Benoi illustré » qui petit à petit précise la définition de cet étrange individu qu’est l’Ostrogoht.

 

Et comme j’aimerais apporter ma petite pierre à l’édifice et enfin découvrir qui je suis vraiment, je vais vous parler de la « Nature » de l’Ostrogoth.

 

L’Ostrogoth, ou Ostrogothus erectus est un jardinier hors pair, il connaît la flore mieux que personne et en utilise les vertus au mieux de sa vie quotidienne.

 

1147887334

Source de l’image

 

Ostrogothus aime les milieux humides, on le trouve généralement partout ou l’alcool coule à flot.

C’est un Hêtre plein de Charme qui n’hésite pas une minute à prendre racine à proximité des fut de Chêne, car on y trouve l’Epinard dont il raffole.

Un Peuplier par sa dure journée de Bouleau, même s’il n’a plus de blé, Ostrogothus trouvera toujours un peu d’Oseille pour humidifier sa Pomme d’Adam.

Si par hasard vous rencontrez un Ostrogothus au Coing d’un bar, évitez de lui balancer vos Salades en pleine Poire, car si votre fraise ne lui revient pas, il s’empressera de vous filer une Châtaigne.

Par contre, si vous vous mettez à lui lancer des Fleurs, vous vous apercevrez très vite qu’Ostrogothus est un Hêtre très Cultivé.

Point Narcisse pour un Radis, notre Ostrogothus vous emmènera alors, sans vergogne, dans une discussion au ras des pâquerettes, n’hésitant pas à Noyer le poisson dans un Soucis de vulgarisation.

Il vous racontera peut être son escapade Arum ou une Fille de l’air était parvenue à lui conter fleurette, lui ayant concocté son plat préféré, l’Erable de lièvre.

Il vous expliquera peut être comment, au cours d’une nuit mouvementée, elle avait su faire de son gland une verge d’or, mais que, par manque de piment, Cyprès du but, il n’avait pu conclure.

Bref, au final, tous ce dont il se souvient, c’est d’avoir roulé une pelle, pris un râteau en pleine poire, et être tombé comme une masse au creux du Lys.

Ce n’est que le lendemain, la Pensée Renouée, le Thym Citron, se souvenant vaguement que cette fille était Rhus, se prénommait Violette, ou peut être Véronique, qu’il put tranquillement oublier son Mouron de la nuit passée.

Séneçon finalement là que des histoires de jardinage que raconterait notre Ostrogothus erectus à tout trolle qui partagerait sa table sans que la Moutarde ne lui monte au nez, et en dehors de toute Zizanie.

 

PS : Tous ceux qui verraient dans ce récit autre chose que l’étalement des connaissances scientifiques en matière de botanique de l’Ostrogoth, sont priés de se rendre au bistrot d’en face.

Le Bar de de la truite semble en effet l’endroit idéal pour tout Antégoth désireux d’y perfectionner sa connaissance en pisciculture.

Homard, le tenancier, vous introduira volontiers dans ce panier de crabe en vous présentant au Maquereau de service, qui sans hésitation vous tendra la Perche pour vous faire déguster son meilleur plat de Moules provençales.

Pour une première visite, amenez y votre bonne bouillabaisse, vous n’en serez que mieux accueilli.

Par contre, si votre anguille est au vert, évitez le lieu, votre raie risquerait d’en prendre un bon coup.

Vous l’aurez compris, le bar des Antégoths, un vrai monde de Requins ! Carpe Diem !

Ostrogothé à 14:20 par Geronimo | 3 Olibrius !

Commentaires

Quel florilège ! À donner le tournis ...
Très brillant, merci geronimo ;-))

Écrit par : Ostrogoth | 18/10/2007

Répondre à ce commentaire

La version jardin me plait beaucoup !!!
A tout bientôt

Écrit par : nanny | 18/10/2007

Répondre à ce commentaire

Belle récolte Un langage bien fleuri qui démontre que Géronimo est un Ostrogoth bien cultivé!

Écrit par : Benoi | 19/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.