16/10/2007

La vraie définition (sixième tentative)

austrogrotte_p

Si Tintin est humain alors que dire de ce quadrupède?


Ostrogoth "n.m." se dit d'un genre ou d'une espèce en voie d'apparition comme le loup de mer (le loup est en voie de disparition mais le loup de mer, pas, d'ailleurs on dit "loup y'es-t-y?") ou comme le Yéti (et d'ailleurs on dit "yé suis là").

La confusion vient du fait que c'est de coutume le loup de mer qui s'essuie et le Yéti qui y est-il.

Le Yéti a entre 7 et 77 ans et toutes ses dents pour toujours. Le Yéti vit dans une austrogrotte dont le loyer hausse trop, crotte. D'ailleurs il ne sait plus où donner de ses 4 mains pour brûler la chandelle par les deux bouts jusqu'au lendemain dans ce pays occupé.

Le Yéti n'est pas toujours en Tibernation dans son tepee là-bas au Tibet, il arrive qu'il se souvienne, comme de Tien Al Men, avec mélancolie de la période où Tintin était tellement humain et militant et qu'il se révoltait contre l'impossibilité d'espérer.
Mais il paraît que même Tintin tchange.

Ostrogothé à 09:32 par Benoi | 4 Olibrius !

Commentaires

Ouf Ouf les gars cet ostrogoth a failli ne pas être en voie d'apparition. Ouf aussi que le yéti n'est pas sous copyright, hein oui Ostrogoth?

Écrit par : Benoi | 16/10/2007

Répondre à ce commentaire

Ben oui Encore merci, Benoi : mais ça valait la peine ;-))

Écrit par : Ostrogoth | 16/10/2007

Répondre à ce commentaire

Yeti pas sous © Moulinsart ... au fait, en es-tu si sûr ??? ... ;-))

Écrit par : Ostrogoth | 16/10/2007

Répondre à ce commentaire

L'abominable homme des neiges Dans la BD "l"homme des neiges" de Milo Manara, parue chez Dargaud en 1976, le scénariste Alfredo Castelli décrit la première "apparition" du yéti dans la presse et il se fait qu'en effet, on se retrouve avec une des premièrespéripéties de l'histoire du copyright!

Lorsqu'en septembre 1921, l'expédition anglaise Howard-Bury accède au col de Lhakpala (Himalaya), elle trouve autour de son campement des empreintes énormes que les sherpas attribuent sans tarder au "Metch-Kang-Mi". Ce terme, nouveau pour les explorateurs, signifie "répugnant homme des neiges", et l'info est bientôt transmise autour du monde.

Kenneth Tobey, du Daily Telegraph, en lisant la dépêche, trouve que "répugnant" ne sonne pas bien. Il remplit son article de mille et uns détails et transforme le terme de "répugnant" en "abominable", un terme qui ne veut rien dire pour les autochtones Tibétains, mais qui "sonne" comme une aventure ou une bonne pub.

Les journaux s'arrachent, les explorateurs comme le Colonel A.L. Waddel ont beau opposer leur démenti face aux vocable paparazzi, rien n'y fait. L'"abominable homme des neiges" est devenu un slogan sur pattes.

Écrit par : Benoi | 16/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.