10/10/2007

Etonnement de l'ascète.

 

Mille sabords ! Il semble qu’il y ait une méconnaissance totale de la réalité non seulement chez les lecteurs zé trices mais aussi chez les pratiquants.

 

 

L’Ostrogoth n’est pas autre chose que de l’Ostro austral, donc, c’est vrai, peu connu chez nous, mais fort en usage chez les peuplades reculées de San Vikt et par là, fort éloignée du capiteux Brusseliensis urbs.

 

 

Bien entendu, du Carré à Saint Pholien, nous, les Tchantchès et les Nanesses, nous savons tout de l’Ostro, cette discipline des cantons rédimés visant, par les exercices corporels, la méditation et l'ascèse morale, à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel.

 

L’Ostro se pratiquait déjà vers le IIIe millénaire avant notre ère. Vers le IVe siècle av. J.-C., en rédigeant les Ostro Jupiler, Monsieur Piedboeuf systématisa la philosophie de l’Ostro en réalisant une synthèse de toutes les théories sur la pratique intérieure.

 

« L’Ostro n'exclut pas le plan métaphysique du plan physique et du plan mental. Il ne sépare pas fondamentalement la matière de la pensée. Sa méthode englobe toute la connaissance, la structure du monde apparent, la formation de la pensée, le rôle de l'énergie qui donne naissance à l'un et à l'autre, et, au-delà, la puissance énergétique et créatrice dont le monde est issu. Par la méthode de la réintégration, il permet de percevoir la nature des représentations mentales et de la conscience et d'arriver à l'union avec la forme subtile de l'Être  ».

 

Ostrogothé à 05:00 par Xian | 2 Olibrius !

Commentaires

Tout, tout, tout ... ....« vous saurez tout sur l'Ostrogoth » ... !

Éclairante intervention, Xian : merci ;-)

Écrit par : Ostrogoth | 10/10/2007

Répondre à ce commentaire

je vais relire ça à mon aise Mais par acquis de conscience, je continue à chercher la définition dans toutes les directions.

Écrit par : Benoi | 10/10/2007

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.